« Ne jouons pas à Dieu ! », Claude Manceron

Voici un texte de Claude Manceron paru dans le magazine « Parents », il y a fort longtemps. Je trouverai dommage qu’il tombe totalement dans l’oubli donc je prend la peine de le taper pour lui donner une seconde vie.

« Ne jouons pas à Dieu! »

Hypocrites parents mes semblables, mes frères, ne passez pas si vite votre chemin quand on parle de ces cinglés, ces débris humains relevant des psychiatres et des juges : les bourreaux d’enfants. Tout enfant est un otage, le nôtre. Les cas monstrueux que le fait divers porte au rouge conduisent à leurs ultimes conséquences les penchants dominateurs et exclusifs que chaque père et chaque mère nourrit en son inconscient.

Nous sommes tous en position de tyran devant l’enfant que le destin nous abandonne. Quel cadeau pour la volonté de puissance qui sommeille en chaque homme! Voici un petit être livré à nous pieds et poings liés. Aucune police, aucun syndicat, aucune amitié ne le protège, au moins pendant ses quinze premières années, contre notre fantaisie. Il croira ce que je crois. Il parlera comme je parle. Je choisirai son métier. Je lui imposerai ma vision du bonheur et de l’amour.

Combien de médiocres et de ratés se révèlent des führer au petit pied et prennent leur revanche de leurs échecs en jouant aux adjudants de ces conscrits de l’existence qu’on peut dresser, humilier, caresser, punir, frapper impunément, puisqu’il est entendu que les parents ont toujours raison ! Une poignée de glaise vivante avec laquelle je puis jouer à Dieu. Tentation suprême des parents :  les façonner à leur image et à leur ressemblance.

Et s’il se rebiffe, si je vois passer dans ses yeux l’éclair du refus, cette lumière qui peut-être signifie son originalité et proclame une volonté de différence d’avec moi, un remous de fait dans les profondeur de mon inconscient. Irritation passagère ? Tant mieux. Ce n’est pas grave.

Mais si le remous persiste et se traduit en haine de l’otage. Malheur à lui !  Il n’est pas indispensable de cogner sur lui pour détruire moralement notre enfant.

Claude Manceron

Posted in Parentalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *