être à l'écoute

Comment être à l’écoute?

Comment être à l’écoute ? Il nous est tous arrivé d’être insatisfait d’un échange durant lequel nous déballions ce que nous avions sur le cœur. Le soulagement n’est pas arrivé et plutôt que de renouveler l’expérience, nous finissions par tout garder pour nous. Nous évitions donc dans la mesure du possible de nous épandre sur nos difficultés afin d’éviter la frustration et les incompréhensions. Comme ces interlocuteurs, nous ne sommes pas toujours bons non plus pour écouter. Tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Ces échanges improductifs peuvent provoquer disputes, éloignement, et finalement casser quelque chose dans la relation. “Il/elle ne me parle plus.” “ Il/elle ne m’écoute pas.” Mais comment éviter d’en arriver là ? Voici les étapes d’une bonne écoute.

être à l’écoute , la posture

Tout d’abord, veillons à adopter une posture physique qui témoigne que nous sommes prêts à écouter. Pas d’écran sous les yeux ou de téléphone dans la main. Les détails ont leur importance. Montrons par notre posture que nous sommes vraiment intéressé par ce que l’autre nous dit et que l’on est disposé à l’écouter.

être à l’écoute et s’en tenir au présent

Revenir en détail sur les faits qui sont à l’origine des difficultés ne nous aide pas. Surtout si ce sont de vieux dossiers. Le plus important est de veiller à se concentrer sur ce qui est vivant en nous au moment présent. Quels sont les besoins qui restent insatisfaits ? Dans l’écoute, nous devons justement aider l’autre à se focaliser puis verbaliser sur ce qu’il ressent ici et maintenant à ce sujet.

être à l’écoute et la qualité de la présence

L’empathie garantit une présence de qualité dont on a besoin pour guérir. Mais il est facile de confondre empathie et sympathie. Ressentir ce que l’autre ressent est de la sympathie. Ce n’est pas de l’empathie. Si en écoutant, je ressens de la peine, c’est que je me concentre trop sur moi (si j’étais à sa place…) L’empathie nous pousse à être avec l’autre, à l’écoute et concentré. Il ne s’agit pas de ressentir la même chose mais d’être en lien avec les sentiments de l’autre.

être à l’écoute et attendre la fin

Nous faisons fréquemment l’erreur de proposer des solutions alors qu’aucune demande n’a été formulée dans ce sens et surtout avant que la personne ait terminé d’exprimer ce qu’elle avait sur le coeur. Une question peut nous permettre de nous en assurer.

“Y a-t-il autre chose dont tu voudrais me parler ?”

Formuler des solutions est un exercice risqué parce qu’en général nous ne connaissons finalement que très peu le contexte et la situation. Il est préférable d’amener la personne à les trouver seule et de ne pas douter de son intelligence à trouver les issues les plus adaptées. Tâchons d’adopter une écoute active plutôt que de réfléchir à ce que nous pourrions dire.

être à l’écoute et réagir

Après avoir terminé de s’exprimer, la personne peut avoir besoin de savoir ce que l’on ressent après l’avoir écouté. Surtout si elle vient de dévoiler une partie d’elle, voire même de se mettre à nu. Il est cohérent et naturel d’attendre une certaine réciprocité. Il n’est pas nécessaire d’aller aussi loin mais il convient souvent de s’exprimer sur son ressenti.

En espérant que ces quelques étapes vous aideront à être à l’écoute des gens que vous aimez.

Posted in Communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *